Vous êtes ici

Toute l'actualité

Crise de COVID-19 : une fédération au front

Le Président de la République a annoncé un certain nombre de mesures destinées à éviter la propagation du Coronavirus en France. Sans attendre, et dès jeudi soir, les collaborateurs de la FESP ont fait le nécessaire pour permettre le maintien d’activité de votre fédération tout en contribuant à la lutte contre l’épidémie du COVID19.

Ainsi depuis plus de 4 jours, la FESP est en ordre de bataille pour travailler au quotidien avec les pouvoirs publics à l’amélioration des mesures de confinement dans l’intérêt de nos adhérents.

Les avancées, parfois même des victoires, sont nombreuses :

-          justificatif du déplacement professionnel afin de permettre aux adhérents qui le souhaitent de maintenir leur activité

-    ouverture du chômage partiel au-delà du Smic dans la limite d’un plafond fixé par l'Etat

-          extension du chômage partiel aux intervenants des structures mandataires

-          maintien de l’activité des micro-crèches, dispositif d’accompagnement des crèches privée en coopération efficace avec la FFEC

-          déblocage de l’accès aux masques pour nos professionnels là encore avec les autres fédérations du secteur

 Vous le voyez, le mode de fonctionnement habituel de l’équipe s’en trouve légèrement modifié :

Nous allons d’avantage échanger par mail, travailler par courrier, recourir plus souvent à la visioconférence, notamment pour les commissions, lieux d’expression privilégiés des préoccupations des chefs d’entreprise et de prise de décisions structurantes pour le secteur des SAP, de manière à nous voir et dialoguer utilement, comme nous l’avons déjà fait dans les dernières semaines.

 Sur le fond, l’activité de la FESP demeure inchangée. J’en veux pour preuve qu’un bureau se tiendra tous les deux jours. C'est aussi de notre responsabilité d'administrateurs engagés.

 Soyez assuré(e) que la FESP continuera à mettre toute son énergie pour accompagner ses adhérents et répondre en temps quasiment réel aux nombreuses questions qu’ils se posent sur les conséquences de cette situation, notamment d’ordre juridique et fiscal, pour leurs structures, les salariés et les personnes qui recourent à leurs services. Elle va également poursuivre de manière volontariste ses actions visant à ce que les professionnels du secteur des services à la personne soient reconnus comme étant confrontés aux mêmes risques que ceux du secteur de la santé et que les entreprises soient également éligibles aux mesures visant à aider les entreprises fortement impactées. 

 Au nom des membres du conseil d’administration et avec Guillaume Staub qui préside le syndicat des services à la personne, je tiens a remercier le travail remarquable des équipes et l’investissement de chacun en cette période intense et troublée.

 De celle-ci, je retiens une volonté partagée à la fois de nos membres mais aussi des autres fédérations du secteur de faire avancer ensemble et en responsabilité la contribution du secteur dans la lutte contre cette épidémie qui est un point de bascule dans notre société.

 Il y aura un avant et il y aura un après.

 
Retourner aux articles