Vous êtes ici

Toute l'actualité

ActuTerritoires 3 questions à Axelle BIJOU, référente FESP en Gironde

Axelle BIJOU, référente FESP en Gironde

 

+ Pourriez-vous nous présenter votre parcours ?

Avant de fêter mes 50 ans, j’ai décidé d’ouvrir une Agence d’aide à la personne. J’ai choisi l’enseigne AD seniors ; je suis à la fois gérante de l’agence AD Seniors à vos côtés et responsable de l’Agence AD lig 33.

Infirmière de formation (1992), j’ai eu un parcours professionnel riche et passionnant, avec une expérience de 5 ans dans le monde des ONG ; j’ai travaillé au Cameroun pendant 2ans pour  OSF, au Soudan 1 an  pour AICF , et 2 ans en  Haïti pour Inter Aide ;  à mon retour en France j’ai postulé dans un EHPAD, histoire de me poser un peu …  Mais finalement j’y suis restée 16 ans, comme infirmière, puis infirmière coordinatrice. J’ai participé à de nombreux projets exaltants (accueil de jour, centre ressources …), qui m’ont permis d’acquérir de multiples connaissances sur le public seniors, les étapes du vieillissement physiologique et les pathologies éventuelles que celui-ci peut rencontrer.

 Quel regard portez-vous sur le vieillissement et les solutions proposées aux personnes en perte d’autonomie ?

J’ai vu énormément de familles culpabilisées d’avoir placé leur parent dans un EHPAD. Pour se faire pardonner, elles sont prêtes « à tout » pour le « bien» de leur parent , mais cela se traduit souvent par un excès de sollicitation. En EHPAD on a des solutions pour tout :  pour faire manger, faire dormir, faire s’animer, faire survivre...la personne âgée se retrouve objet de soins !

A l’opposé, et très loin de chez nous, les personnes âgées sont au contraire considérées comme des acteurs sociaux à part entière, impliquées dans la vie économique de la collectivité et respectées pour leur sagesse.  Elles sont considérées comme des mémoires vivantes qui participent à la transmission de la culture. Elles travaillent souvent malgré leur âge très avancé … n’écoutant ni leur douleur, ni leur fatigue …

En prenant en compte ces différentes expériences, j’ai voulu imaginer un entre deux qui devrait s’inscrire dans un accompagnement à domicile de qualité, humain et bienveillant : respecter la personne sans l’infantiliser, sans la « mettre sous cloche », sans lui retirer ni sa dignité, ni sa liberté, mais en la soutenant, la réconfortant et en la respectant.

Je me suis lancée ce défi pour aider les personnes âgées à vivre chez elles jusqu’au bout, mais aussi pour accompagner des auxiliaires de vie, en quête de sens dans leur travail, afin qu’elles retrouvent gout et plaisir !

Malheureusement, si certains discours semblent me donner raison, dans les faits tout est très différents… la France reste ancrée dans le curatif, nous n’avons pas la culture du préventif !

Et le mille-feuille institutionnel ralentit considérablement notre travail. 

Je vois beaucoup de choses à mettre en place pour aider les personnes à domicile, malheureusement, on ne peut rien faire … tout semble figé et décidé à l’avance.

 + Quelle voix souhaitez-vous portez en tant que référente territoriale FESP ?

Quand on m’a sollicité pour représente la FESP dans ma région, je ne savais pas en quoi je pourrai apporter ma pierre à l’édifice. Je me sentais « profane » et très éloignée des enjeux nationaux et même locaux que je pourrai porter, puis finalement je me suis dit que je pourrai être utile et permettre aux gestionnaires novices dans le métier des SAP, de s’y sentir plus à l’aise et de porter la voix des jeunes entrepreneurs du secteur.

La législation applicable au secteur des SAP est compliquée, et nécessite souvent de revenir sur les « fondamentaux » de manière à pouvoir avancer ensemble ; ma spontanéité étonne parfois mais la FESP est très ouverte et très à l’écoute ! je me sens très libre d’exprimer mes interrogations, mes mécontentements. 

Avec Claire MEYNARD, beaucoup plus aguerrie et tempérée nous formons une belle équipe pour aller de l’avant afin de ne laisser personne sur le bas-côté de la route ! 

 

Retourner aux articles