Vous êtes ici

Toute l'actualité

ACTUPARTENAIRES 3 questions à Amandine Soubeste Plateformes SAP77 et SAP91

Lors de l'édition 2018 du Salon SAP 2018, la FESP a signé une convention de partenariat avec les plateformes de services à la personne SAP77 et SAP91, en faveur du développement économique et social dans le secteur des services à la personne,

plartenaire FESP
 
3 questions à Amandine Soubeste 
Responsable des plateformes SAP77 et SAP91  

Quel est le role des plateformes ?
Les Plateformes de services à la personne SAP77 et SAP91 ont pour mission de promouvoir, de professionnaliser et de structurer le secteur des services à domicile sur les départements de la Seine-et-Marne et de l’Essonne. Dans ce cadre, nous accompagnons les dirigeants de structures (conseil et accompagnement sur des questions spécifiques liées au secteur, professionnalisation, accompagnement dans les recrutements, etc.), les salariés et les intervenants à domicile (conseil en évolution professionnelle, sensibilisation à la prévention des risques, formations mutualisées, etc.) et les demandeurs d’emploi (informations métiers, tests de compétences, validation de projets professionnels, etc.)

Que proposez-vous spécifiquement aux adhérents de la FESP ?

Etant les interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics au niveau national pour la défense des intérêts des structures SAP, les fédérations apportent une expertise et une information de qualité. Elles soutiennent les plateformes SAP et leurs initiatives sur le plan local. Notre proximité nous permet de développer des projets en commun en faveur de la filière ; nous sommes complémentaires.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir partenaire de la FESP ?

Notre convention de partenariat avec la FESP nous a permis de consolider nos liens mais aussi, et surtout, de renforcer les actions d’accompagnement des dirigeants de structures, notamment grâce à la mise en place de formations sur le cadre juridique et la gestion des ressources humaines, pour un accompagnement toujours au plus proche de leurs besoins ; ensemble, nous expérimentons la création d’un parcours de formation en apprentissage au métier d’auxiliaire de vie, pour répondre à deux enjeux majeurs : le besoin de main-d’œuvre sur le terrain et la professionnalisation des demandeurs d’emploi ; les réflexions et actions menées conjointement nous permettant de mettre en place des projets pour les territoires et ainsi d’agir en faveur du développement du secteur. 

Retourner aux articles