Vous êtes ici

Toute l'actualité

Message d'erreur

  • Deprecated function: Function create_function() is deprecated in require_once() (line 591 of /home/sespqnpp/www/includes/cache.inc).
  • Deprecated function: Function create_function() is deprecated in require_once() (line 591 of /home/sespqnpp/www/includes/cache.inc).
Conférence de presse de présentation de l'étude Sociovision : Fesp à l'Assemblée Nationale.Conférence de presse de présentation de l'étude Sociovision : Fesp à l'Assemblée Nationale.

Etude Services à la personne et habitat inclusif : les attentes des seniors

La FESP a présenté lors d'une conférence de presse à l'Assemblée Nationale, les résultats de l'étude commanditée à Sociovision et l'Ifop sur les attentes des seniors en matière de services à la personne et d'habitat inclusif. Les résultats seront versés au débat national "Grand Age & Autonomie".

Fesp, Ifop, Sociovision, Séniors

A la demande de la Fédération du service aux particuliers (FESP) et de ses partenaires, Saint-Gobain, Malakoff-Médéric-Humanis et l'Institut régional de services à la personne (IRSAP), Sociovision et l'Ifop ont mené une étude auprès des Français de 50 ans et plus, pour connaître leurs attentes en matière de Services à la personne (Sap) et, de façon plus transversale, en termes d'aménagement de leur logement et de technologies associées. Accueillis le 7 février 2019 à l'Assemblée Nationale par le député du Val d'Oise, Dominique da Silva, Sociovision et l'Ifop ont tenu une conférence de presse pour en présenter les résultats.

Introduite par Olivier Peraldi, directeur général de la FESP, et Guillaume Staub (Prev&Care), vice-président de la FESP, la conférence de presse a permis d'établir, au préalable, que le vieillissement de la population était pour les seniors perçu comme un facteur de croissance économique. Rémy Oudghiri, directeur général de Sociovision, et la directrice des études de l'Ifop, Adeline Merceron, ont ensuite rappelé que si les seniors représentaient 18% de la population en 1968, en 2018 ils couvrent près de 25% de la population française. Les chercheurs ont enfin souligné que les seniors se répartissaient aujourd'hui en quatre grandes catégories de situations de vie et d'attente en services.

Le terme "senior" rassemble des situations de vie très différentes selon le contexte de chacun, actif ou retraité, en perte d'autonomie ou non, socialement ou familialement entouré, etc. De fait, l'enquête distingue parmi les seniors, ceux vivant des situations de fragilité ou ceux "décrochant" socialement ou tentés par le repli sur eux-mêmes. A ces deux catégories s'ajoutent des seniors capables "d'inventer des modes de vie et de consommation alternative", sans oublier ceux entrant dans la catégorie des Français financièrement aisés et se déclarant "heureux".

Les quatre catégories de seniors

Il ressort de l'enquête que les deux tiers des séniors n'ont encore jamais fait appel à des Services à la personne (Sap) alors même que 7% d'entre eux indiquent qu'ils en ont l'intention et que 12% soulignent des difficultés à trouver l'offre près de chez eux. Les rédacteurs de l'étude ont insisté sur la marge importante de croissance qui apparaît ainsi pour ces métiers. 

Il ressort de l'étude que les services d'entretien de la maison et de travaux ménagers sont largement les plus recherchés par les seniors. Ainsi, 58% des seniors n'ayant jamais eu recours jusqu'alors aux Sap, indiquent qu'ils s'y tourneront à l'avenir ; livraison de courses (50 %), maintien à domicile (47%) et petit bricolage (45%) sont les services qui suscitent le plus leur intérêt. Il convient de noter que les seniors aidants sont 60% à indiquer leur souhait de recourir prochainement aux Sap.

Près à consacrer 2 200 euros par an aux Sap

Avant défiscalisation, les seniors se disent prêts à consacrer un budget moyen mensuel de 184,2 euros, soit 2 200 euros annuels pour être aidés à leur domicile pour des tâches quotidiennes ; ils sont plus de 20 % à être prêts à y consacrer 200 euros par mois. De l'autre côté du panel, 15% des seniors affirment au contraire ne rien vouloir dépenser pour ce type de services.

Si l'étude consacre la volonté de vieillir "chez soi", les seniors envisagent d'adapter leur logement par le biais essentiellement de petits aménagements, notamment en adaptant certaines pièces (44%), modifiant les éclairages (21%), ou encore l'ergonomie de la cuisine (18%). En revanche, la sécurisation des sols (12%), le diagnostic d'un professionnel (12%) ou le recours à un assistant numérique de vie quotidienne (7%) n'ont pas encore trouvé un large public. En fin de liste des attentes, les objets connectés restent manifestement peu présents dans l'esprit des seniors.

Enfin, les travaux de Sociovision et de l'ifop montrent la nécessité de changer le regard sur les métiers du domicile, insistant sur les qualités professionnelles et humaines qu'ils requièrent et rappelant qu'il fallait les "valoriser en ce qu'ils sont de vrais métiers, des métiers de l'humain." 

Sans surprise, la santé et l'argent sont cités en priorité par les seniors comme facteur du "bien vieillir"; un résultat à rapprocher des 83% d'entre eux qui indiquent anticiper le vieillissement en prenant soin de leur santé notamment par des pratiques sportives ou une meilleure alimentation. Cependant, ils ne sont que 50% à épargner alors que plus de six sur dix se disent "inquiets" face à cette perspective.

La FESP a précisé que l'ensemble de l'étude allait être transmise à la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, ainsi qu'aux préfigurateurs de la concertation nationale "Grand Age & Autonomie", et à la présidente de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), Marie-Anne Montchamp, pour nourrir le débat sur l'évolution des politiques publiques en faveur des personnes âgées ou handicapées et de leurs proches.

Retrouvez l'intégralité de l'étude sur le site de Sociovision/Ifop : https://www.ifop.com/publication/seniors-marche-et-habitat-inclusif-quelle-offre-de-services/ 

Retourner aux articles