Vous êtes ici

Toute l'actualité

Déclaration du Président de la République Deuxième confinement : le secteur des services à la personne est un rouage incontournable à notre société

 La dégradation de la situation sanitaire a amené le Président de la République à faire le choix que nous redoutions tous : celui d’un nouveau confinement.

 Vous le mesurez, ce choix sera lourd de conséquence pour l’ensemble des personnes concernées par le secteur : les bénéficiaires, les intervenants et les dirigeants.

 A nouveau, je peux témoigner de l’investissement des équipes de la FESP qui ont été particulièrement mobilisées pour sensibiliser nos interlocuteurs ministériels aux enjeux de notre secteur dans ce qui était à l’époque l’hypothèse d’un confinement. Ainsi depuis le début de semaine, nous avons formalisé auprès des pouvoir publics, quatre points de vigilance pour préserver les entreprises et les emplois :

 Tout d’abord, s’assurer que les services à la personne soient considérés comme une activité indispensable et que les acteurs puissent continuer leurs interventions essentielles tant pour maintenir l’autonomie des personnes dépendantes mais également pour permettre aux ménages concernés de concilier leur vie professionnelle et leurs besoins à domicile (garde des enfants, entretien du cadre de vie, soutien scolaire...). En d’autres termes que nos professionnels puissent bénéficier de l’autorisation de circulation ;

Par ailleurs, les structures de services contraintes de ne pouvoir réaliser des prestations du fait de la Covid puissent bénéficier sans délais du dispositif d’activité partielle dans les mêmes modalités que celles mises en œuvre en mars dernier afin de garantir une prise en charge équivalente des salaires des intervenants. Il en va de même pour le renouvellement du dispositif d’activité partielle mise en place par la FESP en avril dernier ouvert aux salariés des particuliers employeurs mis en relation par des structures mandataires.

De même, les structures de garde à domicile et les établissements d’accueil du jeune enfants garantissant l’accueil de plus ou moins de dix enfants puissent rester ouverts afin de permettre aux parents de disposer d’une solution d’accueil et de pouvoir ainsi concilier vie personnelle et professionnelle. Pour ceux contraints de fermer du fait de la Covid, la FESP souhaiterait que les aides mises en place par la CNAF pendant le premier confinement puissent être réappliquées pour tous les modes de gardes et d’accueil sans distinction ;

Enfin que les activités de SAP pouvant être réalisées à distance telles que le soutien scolaire, les cours à domicile, l’assistance informatique ainsi que l’assistance administrative puissent permettre le maintien du bénéfice du crédit d’impôt aux consommateurs pendant le confinement.

C’est dans les prochaines heures que tout va se jouer. A cet effet, on ne peut qu’être satisfait d’avoir entendu le chef de l’Etat saluer lors de son allocution la place des métiers des SAP dans ce contexte sanitaire. C’est une demande constante que nous portons à la FESP et qui a été reconnue ce soir.    

Pour autant, nous ne relâcherons pas nos efforts : nous tiendrons un conseil d’administration en milieu de semaine prochaine tandis que les collaborateurs de la FESP continueront - en télétravail - à vous écouter et à vous appuyer quotidiennement.

Notre ligne demeure toujours la même : La FESP est la maison commune des services à la personne ; une fédération pour tous et à votre service.

A ce titre, nous faisons le choix d’accompagner chacun d’entre vous pendant cette période de crise sans exclusive.

Car n’en doutez pas, les jours à venir seront difficiles et incertains.

Pour autant, une certitude s’impose à nous : le secteur des services à la personne est un rouage incontournable à notre société.

Nous l’avons déjà prouvé en mars et nous en ferons de même ces prochaines semaines.  

Maxime Aiach

 
Retourner aux articles