Vous êtes ici

Toute l'actualité

La FESP propose des solutions de garde alternatives en cas de fermetures de classes liées au covid-19

La FESP renouvelle sa proposition faite au gouvernement de financer, pour les parents d’enfants concernés par la fermeture de leur établissement scolaire, des titres spéciaux de paiement, les Césu préfinancés, pour la garde à domicile de leur enfant. De même, la Fédération propose une mesure spécifique pour permettre d’offrir aux parents salariés la garde de leur enfant à domicile en toute sécurité et ainsi permettre le maintien d’activité des salariés !

Les 800 entreprises de garde d’enfants à domicile de la principale fédération représentative dans la branche des entreprises de services à la personne, la Fédération du service aux particuliers (FESP), ont été attentives aux préoccupations du gouvernement d’éviter que les parents des enfants concernés par la fermeture de leur établissement scolaire ne cessent leur activité professionnelle.

La ministre du Travail, Élisabeth BORNE, a annoncé, pour pallier l’absence d’accueil des enfants dans leur établissement scolaire, que des modes de garde alternatifs seront proposés aux parents.

Les adhérents de la FESP, qui souscrivent entièrement à cette idée, proposent une mesure nationale visant à garantir à tous les salariés la continuité de leur activité tout en bénéficiant d’une solution de garde à domicile sécurisée et qualitative pour leurs enfants de 0 à 15 ans. Cette mesure passerait par le financement, pour les parents concernés, de titres spéciaux de paiement, les Césu préfinancés, pour la garde à domicile de leur enfant.

Cette solution nationale permettra notamment de :

-        garantir aux parents la continuité de leur activité professionnelle ;

-        influer positivement sur les finances de l’État en maintenant l’activité des salariés ;

-        assurer une garde sécurisée par une structure déclarée SAP qui s’engagerait à respecter les mesures sanitaires qui seraient prises par le gouvernement (gestes barrières, protocole, etc.) ;

-        sécuriser les interventions à destination des enfants de moins de 3 ans par l’intervention de professionnels qualifiés qui respectent les exigences minimales du cahier des charges de l’agrément.

Afin de permettre une effectivité sans délai, la FESP demande à l’État une application rapide de cette mesure.

 
Retourner aux articles