Vous êtes ici

Toute l'actualité

ActuTerritoire 3 questions à Eric Bobet, référent FESP

Eric Bobet, référent dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse

 

+ Pourriez-vous nous présenter votre parcours ?

Je suis Eric Bobet, dirigeant de la société AIDADOMI. Il s’agit d’une Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale, crée en 2006, présente sur le territoire des Bouches du Rhône, du Var, du Vaucluse et du Gard à travers 18 agences dont 4 sur Marseille qui emploie 650 salariés. Elle offre des services à la personne et d’aide à domicile de l’Entretien du domicile à l’aide aux seniors et personnes en situation de handicap. Depuis 9 ans AIDADOMI est certifiée NF Service - Services aux personnes à domicile, délivrée par AFNOR Certification et a obtenu la certification Cap’Handéo en 2018 pour les services auprès des personnes en situation de handicap. En tant qu’administrateur national de la Fesp et référent territorial sur mon territoire, je m’engage pour les entreprises du secteur et leur reconnaissance ainsi que la valorisation de nos activités auprès des parties prenantes et des acteurs institutionnels

+ La crise COVID a-t-elle installée une relation différente avec le département ?

Avant la crise sanitaire nous avions déjà de bonnes relations avec Conseil Départemental des Bouches du Rhône et elle nous a donné l’occasion de nous rapprocher encore davantage. Depuis le mois d’Octobre 2020, les services du Conseil départemental ont instauré des rencontres régulières avec les représentants des fédérations. Toutes les trois semaines, nous avons eu l’occasion de leur faire part de notre perception de ce qui se passe sur le terrain et dans le territoire. D’ailleurs, le Conseil Départemental et, plus particulièrement, la direction des personnes handicapées et des personnes du bel âge (DPHPBA) s’est emparé très vite de la question des masques lors du deuxième confinement et une dotation supplémentaire a été attribuée aux services à domicile. Lors des différents échanges, une réflexion a été menée sur nos difficultés de recrutement en personnel, contrebalancées par les celles qu’ont les services en charge de l’insertion des personnes bénéficiaires du RSA à les remettre en emploi.

En raison du grand nombre de contaminations dues à la progression du virus, le département, en plein accord avec les professionnels, s’est préoccupé d’organiser la vaccination des salariés des services à la personne, qui interviennent dans toutes les situations, y compris lorsque le bénéficiaire est contaminé. Le département a obtenu de l’ARS qu’elle délivre des vaccins pour toutes les catégories de personnel, dirigeants, encadrants, intervenants à domicile, sans distinction d’activité, d’âge, d’origine géographique, de mode d’intervention etc…

+ Quel rôle joue la Fédération dans l’organisation des journées de vaccination ?

La FESP a joué un rôle de facilitateur et de fédérateur en menant une enquête auprès de ses adhérents pour quantifier le nombre de personnes intéressées. La vaccination étant un acte volontaire de la part des collaborateurs, l’employeur ne peut que communiquer sur l’intérêt et les avantages du vaccin pour leur protection et celle des usagers. Selon un premier sondage réalisé, une centaine de professionnels seraient intéressés. Aussi le département a-t-il décidé de prévoir 3 jours de vaccination dédiés sur le centre de Coudoux, à savoir les samedi 10, lundi 12 et mardi 13 avril.

L’inscription aux séances de vaccination ne passe pas par les systèmes de plateformes en ligne (Doctolib, Keldoc …). Les SAAD qui ont exprimé l’intention de faire vacciner leurs salariés recevront au plus tard le 7 Avril, une invitation précisant les modalités d’organisation (date et heure 1ere injection, date et heure 2e injection). La liste des aides à domicile des candidat(e)s à la vaccination devra être transféré au Conseil Départemental par les représentants des fédérations parvenu tard le mardi 5 Avril. Un bus sera affrété par le département pour assurer l’acheminement des personnes souhaitant se faire vacciner.Cette opération pourrait être renouvelée, en fonction du nombre de personnes réellement vaccinées.

 

Retourner aux articles