Vous êtes ici

Toute l'actualité

De g. à d. : O. Peraldi (Fesp), Ruri Ito, S. Rmiki (Fesp), Eri Churiki.De g. à d. : O. Peraldi (Fesp), Ruri Ito, S. Rmiki (Fesp), Eri Churiki.

Etude Enjeux des Sap : des sociologues japonaises interrogent la Fesp

Dans le cadre de leur étude des services à la personne en Europe, des sociologues japonaises ont été reçues par la Fesp pour un point sur les enjeux de ces métiers en France.

La Fédération du service aux particuliers (Fesp) a reçu, le 23 août 2017, dans ses locaux à Paris, une délégation japonaise menée par les sociologues Eri Churiki, enseignante à l'Université de Wako, à Tokyo, et Ruri Ito, reponsable du projet de recherche, professeur à l'Université Hitotsubashi, également située à Tokyo, pour un échange sur les enjeux des Services à la personne (Sap) en France.

Ces universités mènent depuis plusieurs années des travaux de recherche sur le développement des Sap en France et en Europe, qui amènent les scientifiques japonaises à rencontrer les acteurs professionnels du secteur dans les pays européens, ainsi que les autorités ayant en charge les politiques qui s'y rapportent. Outre la France, sont étudiés les enjeux des Sap en Allemagne, Belgique, Espagne et Italie, ainsi que les solutions mises en œuvre pour en soutenir l'activité et le développement.

Les échanges ont porté sur l'évolution du marché, les dispositifs fiscaux et réglementaires permettant de rendre les services réalisés de façon déclarée compétitifs par rapport à l'offre illégale du "travail au noir", mais aussi les causes des freins à l'activité tels que la tension sur le recrutement.

Une étude sur les Sap en Europe

La Fesp a exposé les dispositifs mis en place spécifiquement en France pour assurer l'essor en quantité et en qualité de l'offre de services auprès des ménages. Professionnalisation et formation professionnelle, référentiels et charte de qualité, ainsi que le rôle d'une fédération professionnelle était à l'ordre du jour de la réunion de travail.

Les questions ont également porté sur les dispositions de la Convention 189 de l'Organisation internationale du travail, la Fesp étant l'interlocutrice du Bureau international du travail sur ce texte lors des réunions organisées à Genève. La problématique de l'impossibilité en France d'effectuer des contrôles au sein des domiciles dans le cadre de la lutte contre le travail au noir ne trouve, en effet, pas de solution actuellement en France.

La délégation japonaise a également rencontré l'European federation to services individuals (Efsi), à Bruxelles, dont la Fesp est membre fondateur et membre du Conseil d'administration, et la Direction générale des entreprises (Dge) du ministère de l'Economie et des Finances

Retourner aux articles