Vous êtes ici

Toute l'actualité

M. Tibourtine (Fesp), O. Peraldi (DG Fesp), J. Huillier (députée), I. Menant (Igas).M. Tibourtine (Fesp), O. Peraldi (DG Fesp), J. Huillier (députée), I. Menant (Igas).

Dépendance Baluchonnage : la députée Joëlle Huillier auditionne la Fesp

La FESP a été auditionnée par la députée Joëlle Huillier dans le cadre de sa mission confiée par le Premier Ministre sur les conditions de mise en place d'un dispositif de baluchonnage en France. Une mesure demandée par la fédération depuis 2011.

Les entreprises d'aide à domicile ont été représentées par la Fédération du service aux particuliers (Fesp) lors de l'audition devant la députée de l'Isère, Joëlle Huillier, le 8 février 2017 à l'Assemblée Nationale, dans le cadre de la mission d'analyse et de proposition sur le dispositif de baluchonnage, qui lui a été confiée par le Premier Ministre.

Souhaitée lors des débats précédents le vote de la loi d'Adaptation de la société au vieillissement (ASV), une réflexion de fond sur le dispositif dit du "baluchonnage" a été engagée auprès des professionnels de l'aide à domicile pour en évaluer les conditions d'une application en France. Mis en pratique depuis de nombreuses années au Québec avec succès, le baluchonnage consiste à permettre le répit de l'aidant qui partage le domicile(ou qui en est proche) d’une personne en situation de perte d'autonomie.

Débloquer le droit du travail

Le baluchonnage consiste en une prise de relai du proche aidant par un professionnel de l'aide à domicile, afin de lui permettre de s'absenter dans la journée, voire de se reposer quelques jours. Revendiqué par la FESP depuis 2011, la possibilité de créer des offres de services de baluchonnage apporterait de la souplesse dans les services mis en œuvre auprès de la personne aidée, tout en répondant à des situations de vie parfois d'une extrême difficulté pour le proche aidant.

L'audition a été l'occasion pour la fédération de transmettre ses propositions concrètes de mise en œuvre, soulignant l'impératif d'adapter le droit du travail pour que la présence d'un professionnel auprès de la personne âgées puisse dépasser douze heures d'affilées. La FESP a souligné le gâchis de nombreuses expérimentations de baluchonnage menées sur les territoires n'ayant pu aboutir positivement du fait de l'actuelle interdiction de dépasser ce seuil de période horaire qui, pourtant, empêche de trouver un équilibre économique durable au dispositif.

La FESP propose l'introduction d'une dérogation ouverte à tous les modes d'intervention existants auprès des personnes dépendantes (prestataire, mandataire, gré à gré), afin que des périodes de temps d'intervention plus étendues puissent être possibles

Retourner aux articles